Des éclats de lucidité – Alain Le Quernec, affichiste

Pour la première fois, la Chapelle des Ursulines accueille le travail d’un graphiste, l’affichiste Alain Le Quernec. L’exposition met en valeur l’engagement de l’artiste breton, qui depuis cinquante ans, crée des images fortes, percutantes, qui activent la lucidité de chacun. Rendez-vous du 8 juin au 20 octobre 2024 à la Chapelle des Ursulines et à la médiathèque pour découvrir son œuvre.

En prise directe avec l’évènement, l’actualité politique ou culturelle, l’affichiste œuvre. Souvent dans une économie de l’urgence, un affichiste décortique le réel et laisse sur les murs citoyens des surfaces imprimées tapageuses. Les affiches d’Alain Le Quernec activent la lucidité de chacun, de chacune. Elles questionnent, provoquent des idées et des débats. Elles éclairent. Elles frappent. Analyste, journaliste, provocateur, garde- fou… le rôle d’un affichiste est primordial dans une société démocratique, d’autant plus aujourd’hui, à l’heure des flux de désinformation et des crises incessantes. L’abondance et l’éclectisme des thèmes qu’Alain Le Quernec a convoqués durant plus de cinquante années de production, témoignent d’un engagement sans faille : défendre des valeurs d’égalité et de liberté de penser ; résister, vaille que vaille. Et, rire.

L’exposition, à travers six thèmes, met en valeur cet engagement. Non chronologique, la scénographie révèle l’intemporalité de ses compositions, un alliage entre texte et images, entre caractères typographiques et formes colorées. Une médiation spécifique a été pensée pour que les visiteurs de tout âge prennent le temps de saisir les codes et la construction d’une affiche. Née d’un dialogue avec un commanditaire pour un public, l’affiche, un « papillon imprimé », aiguise, à dessein, l’intelligence et les émotions de chacun et de chacune d’entre nous, et souvent, ravive nos imaginaires. Une exposition d’affiches est un moment précieux pour prendre le temps de dialoguer avec des éclats de lucidité.

Coordination : Ville de Quimperlé – Pôle Culture, Arts et Patrimoine
Commissariat scientifique :
  Vanina Pinter – enseignante ESADHaR Le Havre
Scénographie : Mathias Debien, Atelier Bartleby
Graphisme : Alain Le Quernec

Une publication intitulée STOP WAR est éditée par la Ville de Quimperlé à l’occasion de cette exposition. Elle est disponible à la vente à la Chapelle des Ursulines au prix de 10 € avec également des reproductions d’affiches (sérigraphie, cartes postales…).


Informations pratiques

Avenue Jules Ferry
Ouvert tous les jours sauf le lundi
En juin, septembre, octobre : de 13h à 18h
En juillet, août : de 10h30 à 18h30
Tarif plein : 5 €
Gratuit : le premier vendredi de chaque mois et pour les -25 ans, les demandeurs d’emploi et bénéficiaires des minimas sociaux, les personnes en situation de handicap et 1 accompagnateur, les détenteurs de carte ICOM et les enseignants.

Visite accompagnée
L’affiche : une fenêtre ouverte sur le monde
2€ après acquittement du droit d’entrée,
tous les vendredis à 11h à la Chapelle des Ursulines

Du 8 juin au 5 juillet et du 3 septembre au 20 octobre
ouverte les mardis et jeudis de 15h à 18h30, les mercredis, vendredis et samedis de 10h à 18h
Du 6 juillet au 31 août
ouverte du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 18h.
Fermée les mardis matins et jeudis après-midis
Entrée libre

Autour de l’exposition

L’affiche comme témoin d’une époque, l’affiche qui devient intemporelle : découvrons ensemble l’œuvre d’Alain Le Quernec.
Tous les vendredis à 11h
Chapelle des Ursulines
Durée : 45 minutes
Tarif : 2€, après acquittement du droit d’entrée
Tous publics, sans réservation
Dans la limite des places disponibles
Réalisez votre propre affiche, à partir de papiers découpés, avec l’illustratrice Lauranne Quentric.
Mercredis 10 juillet et 21 août
Médiathèque

● 13h45 : atelier famille
(1 adulte + 1 enfant à partir de 6 ans)
● 16h : atelier pour toutes et tous à partir de 12 ans
Durée : 1h30.
Gratuit.
Sur réservation sur www.matilin.bzh (rubrique agenda) ou au 02 98 35 17 30

Deux temps composeront ce rendez-vous, où différents regards se croisent sur la carrière d’Alain Le Quernec. En présence de l’affichiste.

1. Visite commentée de l’exposition quimperloise par la commissaire d’exposition, Vanina Pinter
Dimanche 22 septembre à 15h30 à la Chapelle des Ursulines
Durée : 1h – tous publics, sans réservation – dans la limite des places disponibles

2. Projection du documentaire « Colères d’affiches » (Lebrun, 2020) suivie d’un échange avec Alain Le Quernec
Dimanche 22 septembre à 17h30 au cinéma La Bobine
Durée : 2h – tous publics, sans réservation – dans la limite des places disponibles

Est-on libre de dessiner ce que l’on veut et de rire de tout ? Rencontre avec Agathe André (présidente de l’association Dessinez Créez Liberté et ancienne journaliste Charlie Hebdo) en lien avec les dessins de presse qu’Alain Le Quernec a réalisés pour Le Monde, dans la salle Charlie Hebdo de la médiathèque.
Samedi 19 octobre, à 16h à la Médiathèque
Durée : 1h30 – public ado-adulte, sans réservation – dans la limite des places disponibles


Écoutez l’artiste commenter ses créations !


En écho à l’exposition

Exposition « Affiches anonymes »

Du 4 juillet au 7 septembre, l’association l’Artère propose une exposition d’affiches présentées à l’Artère et autour des halles, fruit de la collaboration d’artistes et de citoyens et citoyennes. L’Artère, 6 rue Dom Morice, tous publics, entrée libre Informations : larteredequimperle@gmail.com

Exposition « Breizh »

Pendant l’été, une exposition au Fort de la Pointe à Sainte-Marine est proposée par la Ville de Combrit.
Elle rassemble les affiches d’Alain Le Quernec sur la Bretagne.
Informations : www.combrit-saintemarine.bzh


Alain Le Quernec, affichiste engagé

Il a accompagné de nombreuses les luttes sociales et écologiques bretonnes des années 1970 et 1980. Non pas par sa présence dans les manifestations puisqu’Alain Le Quernec reconnaît ne pas être « un homme de foule ». Mais grâce à sa capacité à encourager et faire vivre les mouvements collectifs au travers d’affiches collées ici ou là dans l’espace public. Né au Faouët en 1944, Alain Le Quernec grandit à Lorient et connaît une révélation en seconde, période durant laquelle il dessine déjà 2 heures par jour. « C’est là que j’ai eu l’idée de faire les Beaux-arts » raconte-t-il.

Après des études au lycée Claude Bernard de Paris, c’est en Pologne, aux Beaux-Arts de Varsovie, qu’il accroît considérablement son savoir et sa créativité en matière d’affiches. « L’affiche polonaise était un domaine de création complètement libre, ce qui était contradictoire avec l’appartenance de la Pologne au régime soviétique » explique-t-il.

Agitateur de sa terre

Rentré de Pologne, il est nommé professeur d’arts plastiques à Quimper où il organise des expositions d’affiches polonaises et réalise plusieurs créations. Mais c’est en 1973 que son engagement s’inscrit dans la durée. Présenté à Louis Le Pensec lors de la campagne des élections législatives de 1973, il crée une affiche imprimée en grand nombre : la Marianne « ESPOIR ». « J’ai eu un choc d’étonnement et d’admiration. Cette affiche annonçait des temps nouveaux avec le programme ‘Changer la vie’ » racontera Louis Le Pensec. Deux ans plus tard, il commence à travailler avec Bernard Poignant (futur maire de Quimper), avec une affiche de Fest Noz pour le Parti Socialiste. Son goût pour le contrepied y apparaît déjà lorsqu’il remplace la rose et le poing socialistes par un pied et une fleur.

Cri du cœur

En 1978, son affiche pour Amnesty International, mobilisée contre les dictatures militaires sud-américaines, est tirée à plus de 400 000 exemplaires et le fait connaître en dehors de la Bretagne. La même année, lors de l’épisode de marée noire liée au naufrage de l’Amoco Cadiz au large de Portsall, il conçoit en une nuit une affiche percutante. Terriblement marqué, il peine à exprimer des images et c’est donc en mots qu’il y détaille sa colère contre « le mazout de merde qui tue nos oiseaux, nos poissons, qui ruine notre pays, la Bretagne ». Son goût pour le détournement l’amène notamment en 1994 et en 1997 à faire figurer Bécassine, rouge, souillé du noir du pétrole avec le titre « Remember Amoco » et « Pas de pitié pour les pollueurs ». Développant cet art du contrepied, il crée en 1982 une affiche pour la CGT de Pont l’Abbé qui organise alors une conférence sur la grève des sardinières de la fin des années 1920. Des bigoudènes y sont représentées en procession avec un drapeau rouge, cassant les codes des pardons traditionnels et faisant de cette affiche une des plus célèbres de l’artiste.

Des partenariats de longue date

Au fil des années, Alain Le Quernec travaillera également avec la MJC de Douarnenez sur son festival de cinéma, avec le théâtre de l’Instant de Brest, le théâtre Le Parvis à Tarbes, le musée de Morlaix, le port-Musée de Douarnenez… En 1995, il débutera une collaboration de plusieurs années avec le quotidien Le Monde où il obtiendra rapidement « carte blanche » pour exprimer avec des dessins de presse son sentiment sur l’actualité et partager son regard. Un regard qui a accompagné tant de Bretonnes et Bretons durant des décennies et qu’il est possible de contempler avec l’exposition de cet été à Quimperlé.

Les citations d’Alain Le Quernec sont extraites du documentaire « Colères d’affiches » réalisé par France 3 Bretagne 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×